jeudi 12 mars 2009

COIFFE XV° '(1410-1411)


Christine de Pisan présente son livre à Isabeau de Bavières.
1410-1411

jeudi 15 novembre 2007

LA COIFFURE EN HISTOIRE XVII°-XVIII°/HAIR'S HISTORY From XVII° to XVIII° Century




Madame de Pompadour (1745-1771)Louis IV Favorite Lady

La marquise de Pompadour, née Antoinette Poisson, devint la favorite de Louis XV en 1745.
Le coiffeur de la Cour, Dagé, suivant la mode d'inspiration grecque de l'époque, la coiffa comme la Sapho du musée du Vatican avec les ajouts de son prédécesseur Frison, à savoir, trois longues mèches bouclées tombant sur le cou et les épaules, deux à droite et une à gauche.
Jusqu'en 1765, les coiffures s'inspirèrent de l'art grec, bien que le coiffeur Legros, entre 1571 et 1771, ait introduit certaines modifications. Avec lui, la coiffure devint plus volumineuse et plus haute. Il coiffa lui aussi Madame de Pompadour.
Les cheveux étaient placés de façon à créer des volumes importants et poudré (voir la composition des poudres ici : http://coiffureetmoyenage.blogspot.com/

De Frison à Autié, on commença aussi à utiliser perles, plumes, diamants et perruques.
Cette coiffure, éunit les tendances esthétiques des coiffures de cette époque.





Matériel. 8 rouleaux postiches de 10cm. 2 rouleaux postiches de 12 cm. 2 queues de cheveux de 50 cm. 2 rangs de perles. 1 ornement de ruban noir. 1 petit voile noir.1 broche. 1 armature de 56 cm à la base et 20 cm de hauteur.


Réalisation de l'amature: donner la forme avec du fl de cuivre. Recouvrir l'armarture avec du tulle rigide et coudre les bords. Prendre de la frisure postiche, l'ouvrir, bourrer et coudre au point de devant.


Avec une texture de cheveux très légère, couvrir toute l'armature. Plisser partiellement le ruban et le fixer au centre avec une broche en losange d'où partent 4 rayons rigides de perles blanches; les mêmes qui descendront ensuite souplement sur les cheveux en quatre demi cercles concentriques. Ajouter au ruban un petit voile noir un peu plissé et une touffe de plumes montée sur une tige de perles.


Exécution: Séparer la couronne. Former des tresses qui serviron à maintenir l'armature. Fixer l'armature, coiffer par-dessus les cheveux du devant en les arrêtant au sommet de la tête.


Avec le reste des cheveux, faire 4 rouleaux horizontaux de 10 cm tournés vers le haut (si les vrais cheveux ne suffisent pas, utiliser des rouleaux postiches sur les cotés.)


Sur la partie postérieure, coiffer selon son goût, mais toujours avec des boucles ou des rouleux de 10 ou 12 cm.


Fixer aux cotés de la nuque, 2 queues de 50 cm qui reviennent sur le devant préalablement garnies de perles.


Soupoudrer la coiffure de poudre blanche et monter l'ornement qui la complète. Poser enfin le ruban noir fantaisie ornée de plumes.






Marie Leszczynska (1703-1768) épouse du roi Louis XV

S



Fille de Stanislas, roi de Pologne, elle épouse Loui XV en 1725.




Sa coiffure, conçue par le célèbre coiffeur Frison, s'inspire des coiffures de la Grèce Antique. Imitant la Sapho du musée du Vatican, Frison ajouta simplement trois rouleaux tombant sur le cou et les épaules, deux sur le coté droit, et un sur le coté gauche.

Matériel. Une fleur et deux boucles postiches de 45 cm.


Exécution. Il s'agit d'une coiffure très petite réalisée sur cheveux courts. Elle s'appellle "clin d'oeil" et la couleur la plus adaptée est le blanc argenté.


Commencer par une raie de coté. Coiffer les cheveux d'un côté et former ne corolle de boucles diigées vers le haut.

Coiffer la partie postérieure selon son goût, mais toujours avec les cheveux ramenés vers le haut en boucles qui retombent sur le devant. Compléter la coiffure avec un petit bouquet de fleurs.











Françoise Arthénaïs de Rochechoir et Montemart
(1642-1707)


Elle épouse à 22 ans le marquis de Montespan.
Dès qu'elle fut présentée à la cour, le Roi Soleil s'en éprit et la préféra à la duchese de La Vallière, jusqu'alors sa favorite.
Pendans dix ans, elle régna sans partage sur le coeur de Louis XIV, qui apréçiait no seulement sa beauté, mais aussi son esprit brillant.
A la mort de la reine, Madame de Maintenon lui fut préférée. Elle chercha alos le réconfort dans les voyages, et reprit les rapports avec son fils, le duc d'Antin



Cette coiffure ressemble beaucoup à celle de la duchesse de Fontanges, autre favorite du roi, notamment pour certains détails assez difficiles à réaliser.
A cette époque, les coiffures étaient composées de plusieurs parties distinctes; chacune avait un nom.
Un petit bouquet de boucles sur la tempe se nomme "Passagère", deux boucles sur le front , des "Cruches", près de l'oreille, un "confident".

Matériel

Mesures du ruban (au total) : largeur de la base 13 cm, hauteur de la base 4 cm.
Largeur du ruban des volutes (5 v) 38 cm, 46 cm, 47 cm, 31 cm et 38 cm.

Prendre du velours double et rigide, former graduellement vers l'intérieur 5 volutes en éventail. Les insérer dans la coiffure sur l'arrière. Finir avec une bordure doré, très légère et piquer des perles.

Mesures de la dentelle jsqu'à la nuque : longueur 43 cm; largeur 42cm, bande sur les épaules 33 cm.

Armature de la volute du devant: longueur 35 cm, hauteur 7 cm et 2 volutes de 12 cm.

2 armatures our le milieu de la tête : diamètre de la bas 19 cm; hauteur de la base 3 cm; hauteur 19 et 14 cm, largeur 9 cm.

2 boucles de 55 cm, une mèche avec collier, une broche, une étoile.

Exécution

Préparer les armatures avec le fil de cuivre recouvert de soie et les modeler comme sur le dessin, avec une base ronde.
Les doubler avec du tulle rigide et coudre les bords. Ouvrir de la frisure postiche, couvrir les armatures et les coudre au point de devant, puis les recouvrir de cheveux.
Cette coiffure est très élaborée.
Tracer une séparation d'oreille à oreille passant par le vertex.
Derrière, tirer les cheveux sur le haut de la nuque et former de petites tresses serrées qui serviront de support aux armatures.
Devant, tracer deux raies qui partent des tempes et rejoignent la séparation précédente.
Au milieu, partager les cheveux en deux mèches qui descendent en petites boucles sur le front. Avec le reste des cheveux, répéter l'opération du début pour créer la base.
Partager les cheveux des cotés en deux parties. La partie supérieure doit être fortement crépée et divisée en mèches dont les pointes sont ramenées en arrière et rehaussées. Créper ensuite lapartie inférieure en laissant la moitié de l'oreille couverte par un bandeau qui sarrondit vers l'arrière.
Derrière les oreilles, former une boucle en anneau.
Fixer en haut de la tête le ruban préparé, ainsi que la première et la deuxième armature, (voir image).
Joindre graduellement les deux mèches avec les bandes des armatures, puis y fixer la mèche du milieu.
Fixer la rivière de perles au centre, entre les deux armatures.
Orner la coiffure de grosses perles blanches en formant une étoile.

Le nom de cette coiffure "ciel" ou "firmament" est ainsi justifié.






vendredi 19 octobre 2007

LA COIFFURE EN HISTOIRE XVI° XVII°/HAIR's HISTORY From XVI° to XVII° Century










Marie-Thérèse, reine de France (XVII°)
QUEEN OF FRANCE










Elle épousa Louis XIV en 1660, mais elle participa un peu aux fastes de la cour du Roi Soleil. Elle vivait plutôt en retrait. Quand le souverain amena en France sa jeune épouse, au lieu de mettre en valeur ss cheveux (qu'elle avait fort beaux!), on voulu lui mettre une perruque suivant la mode de l'époque.

La reine s'y refusa; elle se fit faire une coiffure à la fois simple et gracieuse, qui figure parmi les plus belles de l'histoire de la coiffure.


Pour tout ornement, elle portait un ruban de perles et une tresse.


Matériel.


Une tresse de 50 cm. Un ruban de 30 c sur 5 cm. Un chignon postiche.


Exécution

Commencer cette merveilleuse coiffure par une frange de boucles souples et large de 6 cm qui encadre le visage. Boucler les cheveux sur deux rangs. Tracer une séparation d'une oreille à l'aute passant sous le vertex , crêper abondamment le sommet de la tête; coiffer le cheveux en arrière, puis fixer derrère la tête, un peu décentré un chignon postiche et les recouvrir avec les cheveux bien tirés.


Boucler le reste des cheveux, puis les brosser en formant des volutes souples qui descendent sur les épaules.

Avec un ruban de perles, pierres et strass d'environ 30 cm, attacher le chignon, compléter la coiffure avec une tresse qui va d'une oreille à l'autre en traversant le chignon.











Coiffure à la "garcette"
C'est pendant le règne de Louis XIII (1601-1643), fils de Marie de Médicis, qu'apparurent en France les premières coiffeuses pour les dame de la haute société.
C'est là, que pour la première fois Mr Champagne exerce le métier de coiffeur pour dames.
La coiffure en vogue, à cette époque, c'est la "garcette". Ce nom, vient de la francge bouclée qui entoure gracieusement le visage. Comme cette coiffure demande une chevelure abondante, on avait recours au chignon de cheveux postiches.
Cette idée plut également aux hommes qui, pour cacher leur calvitie, commençèrent à utiliser la perruque.


Matériel.



4 fermoirs de 10 cm. 2 rubans de 30 cm.


Exécution.


Cette coiffe plaisante et harmonieuse nécessite des cheveux longs. Osez le postiche!

Séparer la bordure du visage et la boucler. Onduler la partie antérieure, boucler les pointes et coiffer en chignon bouclé sur le haut de la nuque. Avec le reste des cheveux, faire des ondulations souples et des boucles en anneaux qui retombent doucement sur les épaules. Agrémenter la coiffure avec les rubans et les fermoirs de perles.













Bacchus
Au VI° siècle, malgré une époque historique troublée, le sens esthétique se raffine, même en ce qui concerne le soin de la personne.
Les vêtements, surtout à la fin du siècle, deviennent somptueux, avec une grande variété d'étoffes précieuses et de riches bijoux.
Les coiffures se compliquent et s'ornent de pierres précieuses et de plumes.
Les grands artistes asurent la renommée des dames et des seigneurs dont il font le portrait en pose majestueuse, dans toute la pompe de leurs vêtements. (Titien pour les portraits à la cour, Caravage pour ses représentations populaires).
Cette coiffure mixte est couronnée de pampre et de raisins.
La coiffe est tout en boucle et d'aspect naturel.


Matériel.

Une couronne de vigne de teintes automnales de 43 cm.

Exécution.

La coiffe est très simple. Coiffer les cheveux d'un coté et former de nombreuses boucles au fer. Ces boucles doivent naturellement encadrer le visage.
Crêper la partie supérieure de la tête pour rendre la coiffure plus vaporeuse.
Pour compléter la coiffure, poser dans la couronne de feuilles de vignes.











Marie de Médicis Reine de France (1573-1642)
QUEEN OF FRANCE










Fille de François II, drand duc de Toscane, et épouse du roi de France Henry IV, Marie de Médicis profita de sa positon à la cour pour instaurer un luxe extravagant.

L'une de ces robes étaient garnie de 32 000 perles et 300 diamants.

A la mort du roi, elle exerça la régence pour son fils, le futur Louis XIII. Pendant cette période, le cardinal de Richelieu mit un coup d'arrêt à la course au luxe effréné. Il promulga une loi qui interdisait aux riches les dépenses exessives pour rééquilibrer les dépenses de la France en situation économique désastreuse.

Marie de Médicis portait les cheveux courts et frisés, avc des centaines de bouclettes disposées en auréole autour du visage; le reste de la tête étant tiré vers le sommet pour allonger la sihouette.

Un autre type de coiffure, appelé "à la chinoise", ou en "pain de sucre" rester à la mode jusqu'en 1600.


Matériel.


Une couronne de strass et perles blanches de 40 cm (5 cm de haut), un toupet.

Fabriquer la couronne avec le strass et les grosses perles blanches en créant un jeu d'arcs qui se répètent. Placer une perle sur chaun de ces arcs. Fixer le tout sur une armature de fil métallique. Recouvrir la base d'un double rang de strass et d'un rang de perles blanches.


Exécution.


Cette coiffure demande une permanente. Commencer par le milieu du front et continuer sur toute la tête à former de petites boucles dirigées vers l'avant et le haut (sur les deux cotés), en tenant compte du fait que le sommet de la tête doit avoir un volume important. Si les cheveux sont insuffisants, utiliser un toupet de cheveux postiche pour donner une forme en poire.



Coiffer toutes les boucles et adoucir la coiffure en encadrant le visage de quelques boucles souples.



Poser la couronne.



Marie Stuart Reine d'Ecosse. (1542-1587)
QUEEN OF SCOTLAND











Marie Stuart reine d'Ecosse épousa le roi de France François II. A la mort de son mari, elle retourna en Ecosse et prit la tête du parti catholique qui s'opposait au parti protestant.
Sa mentalité francophile et sa foi catholique l'amenère à comploter contre sa propre cousine Elizabeth d'Angleterre. Celle-ci, la fit exécuter le 8 février 1587, sous l'accusation du complot.
Cette reine assi belle qu'infortunée, portait d'ordinaire , une coiffure avec une pointe au milieu du front, et tous ses diadèmes et couvre-tête avaient la forme d'un arc double, d'où la caractéristique forme de coeur.
Des variantes de cette coiffure furent élaborées jusqu'en 1910.

Matériel.

Une couronne, une broche, un rang de perles. Réalisation de la couronne: Avec le fil de cuivre, former une stucture de 42 cm de circonférence à la base et comprenant 6 montants de 18 cm de haut. Poser une tresse sur chacun des montants et fixer le tout avec un petit chignon et une broche; A la base de la couronne, fixer une tresse pour la couvrir. Accrocher les rangs de perles

Exécution.

Commencer la coiffure en regardant la tête depuis le dessus.
Faire deux séparations depis les cotés de la nuque jusqu'aux tempes. Crêper, puis lisser les cheveux de la zone centrale. Une fois le volume désiré obtenu, passer aux cotés.
Enrouler graduellement les mèches sur elles-mêmes en formant un rouleau tout autour du visage. Sur le front, le modeler en forme de coeur à peine esquissé.


Completer la coiffure avec la couronne.










La reine Margot









Marguerite de Valois (1552-1615)



Fille d'Henry II et de Catherine de Médicis, elle épouse Henry IV en 1572 mais suite à une série de scandales le mariage est dissous en 1599. Ce fut elle qui lança la coiffure en coeur. Pour augmenter le volume de ces cheveux, elles plaçait des bourrelets de tissus sous les arcelets car la mode ne permettait pas de porter des chapeaux.


Une de ses coiffures préférées, était ornée de soie et de perles, et avait sur le coté un petit panache de plumes.


Matériel : Un pendentif de perles de 14 cm. 2 tresses de 40 cm, 2 armatures de 22 cm à la base, demi-circonférence de 36 cm , hauteur 2 cm, 5cm, 8 et 9 cm.


Avec du fil de cuire, former 2 armatures symétriques. Les recouvrir de tulle et coudre les bords. Ouvrir de la frisure postiche, bourrer les armatures et coudre au point de devant.


EXECUTION: Commencer par une raie au milieu du front, puis une deuxième allant d'une oreille à l'autre et s'intérompant au sommet (4cm). Faire une ondulation très souple sur le devant, crêper par derrière et tresser le haut de la chevelure. Poser la double armature.

Coiffer les cheveux de devant en formant un rouleau très vaporeux. Laisser lisse la partie postérieure de la tête et faire un rouleau sur la nuque. (On peut aussi séparer les cheveux en deux parties et les amener sur les cotés de la nuque en deux gros rouleaux sous les oreilles.)

Le long de la bordure externe des armatures, fixer deux tresses qui encadrent la coiffure en soulignant sa ligne en coeur. Terminer en posant un pendentif de perles sur le front





















Coiffure Vénitienne (XVI°)





Pendant le règne d'Henry III le dernier des Valois, La France connait une grande liberté des moeurs. Signe de libertinage,, les femmes se coiffaient comme les hommes.
Après un voyage à Venise, les dames de la noblesse Française se mirent à imiter les bella donna Italienne.


La coiffure la plus appréciée était construite autour d'un béret muni d'un petit panache. Parfois il n'y avait que le panache et des bandeaux relevés. Dans ce cas on plaçait au milieu du front ou entre les bandeaux un ornementd'étoffe qui devait ressembler à celui des panaches en vogue.


Cette coiffure très à la mode était poudrée et ornée de bijoux.






















Coiffure "La raquette" (XVI°)


Dans la seconde moitié du XVI°, l'art de la coiffure connait en France une évolution décisive. De cette époque datent les plus belles variantes inspirées de la forme de la poire, du coeur et de la raquette



Matériel : Un petit chapeau de paille, un ornement de perles blanches formant une arabesque, de la soie bleue, un rouleau de frisure postiche.


Recouvrir le petit chapeau, les bord ayant été modelés en forme de coeur. Puis poser la soie finement plissée en trois lobes sur la calotte. Chacun des lobes et garni d'un rang de perles blanches. Fixer l'ornement de perles sur le devant.


Exécution : Cette coiffure se réalise sur cheveux longs. Partager les cheveux en deux pr une raie médiane de 5 cm, puis faire une séparation circulaire tout autour dela tête. Rassembler les cheveux de cette zone.



Créper le reste des cheveux et les enrouler autour d'un rouleau de frisure postiche, de façon à former un bandeau assez épaix.



Mettre le chapeau La coiffure terminée, le bandeau doit en effleurer le bord.

jeudi 18 octobre 2007

LA COIFFURE EN HISTOIRE XV° XVI°/HAIR'S HISTORY From XV° to XVI° Century











Diane de Poitier (1499-1566)


Favorite du roi de France Henry II (1519-1589).
FAVORITE LADY
KING OF FRANCE
Elle exerçait à la cours une domination incontestée que même la reine Catherine de Médicis fut contrainte d'accepter en la prenant comme dame d'honneur.


Diane était célèbre par sa beauté, mais aussi par ses intrigues qui visaient à maintenir et accroître son influence sur le roi, qui la nomma bien vite duchesse du Valentinois. très raffinée, elle portait une coiffure en forme de coeur, ornée très simplement de trois perles orientales.


La même coiffure futportée également par Gabrielle d'Estrées, favorite d'Henry IV.

Matériel : 3 grosses perles.


Exécution : Commencer la coifure en considérant toute la partie supérieure de la tête. Diviser les cheveux par deux raies partant des deux cotés de la nuque et finissant au tempes.


Crêper et lisser les cheveux compris entre les 2 raies. Une fois le volume désiré, passer au coté.


Partant de la nuque, enrouler graduellement les mêches sur elle-mêmes,en formant un rouleau tout autour du visage qui, sur le front, prendra la forme d'un coeur aux contours bombés.



Compléter la coiffure avec les 3 perles.


Coiffure Toscane (Fin XV°)
La coiffure toscane à cette époque, était caractérisé par des cheveux tombant dans le dos et liés par un ruban ou ornés de perles et de cordonnets de couleurs. Elle était souvent enrichie d'une chaînette qui passait dans les cheveux descendait en ondulant sur les tempes.
Tout l'esprit de la Renaissance florentine s'exprime dns cette coiffure graçieuse, dans la liberté naturelle du mouvement et dans sa légèreté raffinée.

Matériel : Une petite calotte, passementerie d'argent style ançien, 2 fermoirs, des perles blanches, rang de perles blanches, une queue de 46 cm.
Faire la calotte en damas préçieux de soie rose entrelaçé de fil d'argent. Orneravec deux rangs de passementerie d'argent ançien et de perles blanches. Sur les cotés terminer la bordure, ar deux riches fermoirs et faire retomber sur le front un pendentif de perles.
Exécution: Cette coiffure se réalise sur cheveux longs. Commencer par tracer une raie au milieu du front. Coiffer les cheveux sur les coté en les ondulant a fer. Rassembler ensuite toute la masse des cheveux dans la nuque et faire une tresse volumineuse. Poser la calotte et entrelacer le tresse de fils perlés.




                                                                 




Simonetta Vespucci -(2ème moitié du XV°)
Née Cattanéo, Simonetta Vespucci représente dans la Florence de Laurent de Médicis, la plus haute expression de la grâce et de la beauté féminine. Elle fut aimé de Guiliano, le frère de Laurent le Magnifique. Pour elle, Angélo Poliziano écrivit le poème "Les Stances" dans lequel il çélébrait la victoire de Guiliano au cours d'un tournois. Elle mourut très jeune, en 1476, et lors de ses funerailles, tout le peuple de Florence et ses plus éminents habitants vinrent la pleurer.
Antonio Pollaiolo la peintre en Cléopatre, avec des cheveux entrelaçés avec art. Elle servit de modèle à Botticelli pour "Le printemps" et la "Naissance de Vénus" ou Simonetta apparaît dans toute sa beauté, enroulé dans les vagues de sa merveilleuse chevelure.
Cette coiffure provient du portrait exécuté par Piero di Cosimo et visible au Musée Condé de Chantilly (France).                                                      

Matériel : Une petite calotte, 1 tresse double de 80 cm, 150 cm de perles, 1 ruban doré (avec fil de cuivre à l'intérieur) de 1 m, 4 tresses de 14 cm, 1 broche + 3à cm de perles. La petite calotte, ou petite coiffe est faîte en tissus lamé argent. La partie postérieure et presque intégralement recouverte par un jeu très élaboré de tresses, de lamé et de satin de couleur.
Exécution : Faire une séparation tout autour de la tête à 10 cm des bordures. Crêper le reste des cheveux, les lisser et les rassembler sur le sommet de la tête, puis poser et fixer la calotte par dessus.
Au milieu du front, faire 2 tresses l'une à coté de l'autre. Sur les cotés, former une 3ème et4ème tresses symétrique. Avec le reste des cheveux des cotés, faire une grosse tresse qi finit dans la nuque, sous la calotte (ajouter des postiches si nécessaire).
Placer les tresses de la calotte en formant des losanges. Passer un collier sous les tresses du front et le faire descendre sur les cotés jusque derrière l'oreille. Fixer la broche au milieu de front.
Au même endroit, introduire un autre rang de perles en "V" qui descendra sur les cotés de la coiffure.
Enrouler un collier autour de la tresse double (la préparer avant). Fixer cette tresse autour de la prtie postérieure de la calotte et l'arrêter avec un noeud qui forme un cercle (voir figure). Sur les cotés du cercle, poser une tresse plate. La fixer avec des petites épingles et des perles blanches.
Enfin fixer les grosses perles et le ruban doré rigide, qui partira du sommet en "V" pour finir sur la tresse double en la bloquant.